& Retour sur le Workshop « 1 € » 
avec la présentation de quelques travaux d’étudiants _ Enseignant : Hamid Maghraoui
« Dans un premier temps, il y aura une visite au centre de tri sélectif de Vedène. Ensuite nous changerons de site et les étudiants seront invités à déambuler dans un Hypermarché avec pour mission, d’acheter l’objet de leur choix avec un budget de 1 € seulement (pris en compte dans le cadre du WS).
De retour à l’école, ils devront à partir de cet objet constituer une base d’indices. Il s’agira de relever les signes que suggère cet objet, de le représenter, de le décoder à partir d’une méthode simple qui leur sera présentée de manière progressive au cours de ce workshop.
 
Ces différentes étapes devraient permettre de générer un corpus d’informations appelé à devenir le moteur de recherches, de pensées, à partir duquel l’étudiant pourra activer un travail personnel via le médium de son choix.
Deux visées de production sont possibles : une réalisation concrète ou un projet/document (portfolio: photographies, dessins, notes, schéma, textes…). » H.M.

Présentation des travaux de Mathis Mayenobe (ESAAvignon),  Ilana Sellier (ESAAvignon) & Alice Frost (ESAAix), Faustine Marseille (ENSP Arles) et Céleste Laurent (ESAP – Pavillon Bosio)

Mathis Mayenobe  (ESAAvignon _ M1 Création) :

« À partir de la visite du centre de tri, de l’écoute du podcast de Nicolas Bourriaud « l’Exforme » ainsi que l’achat d’un objet avec pour budget « 1€ » dans un Hyper-marché, je me suis orienté vers l’élaboration d’une petite édition graphique. L’objet de mon choix étant une boite de sucre, je me suis aperçu qu’il y avait corrélation de formes entre les « Briques » de sucres parallélépipédique et les « Balles » de déchets compressés produites par le centre de tri. Il s’en ai suivi une recherche, par l’expérimentation et la production d’éléments graphiques mis en perspective de citations et de références de l’art contemporain.

J’ai pu constater que ces « briques » de sucre pouvaient former un mur, même un bloc et s’affirmer comme fondations de notre nutrition. J’ai aussi pu constater qu’il suffit d’un peu d’eau pour que la base s’effondre et que ce que nous pouvions appeler forme ne devienne que matière informe. Ainsi s’affiche « Le côté friable de ce que l’on croit être hyper solide » (l’Exforme).

Que faut-il faire de toutes les formes produites ? celles qui ensucrent les centre de tri, diabétisent les mécaniques afin de passer à nouveau de l’Informe à la Forme perpétuant le cycle de la consommation humaine. Faudrait-il s’intéresser de plus près aux actes de Sabotage tout comme Nicolas Daubanes y apporte un intérêt singulier, du sucre dans le béton ou bien de l’eau dans le sucre ? » M.M.


 

Ilana Sellier (ESAAvignon _ L 3 C-R)  &  Alice Frost (ESAAix) :


 

Faustine Marseille (ENSP Arles) :


 

Céleste Laurent (ESAP – Pavillon Bosio) :


 

Fermer le menu